Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Après visionnage du générique de la série « desperate housewives »

« Ta citation parle de ton temps »

Empreinte quelque chose à un artiste pour parler de ton époque.

 




 

Petit bijou d'invention et d'originalité, le générique de "Desperate Housewives" fourmille de détails et de références picturales...

Dès le départ, Marc Cherry avait une idée bien précise de l'aspect qu'il souhaitait donner au générique de sa série : la séquences d'ouverture devait représenter des femmes désespérées à travers différentes époques, en utilisant des oeuvres picturales plus ou moins célèbres. A partir de cette idée, les artistes de la société yY+Co ont conçu un générique inventif et stylisé, dans lesquel les images s'enchaînent comme dans un livre animé. Essayons de décrypter cette fameuse introduction :

La première image du générique est inspirée d'un tableau de Lucas Cranach l'Ancien, un peintre du XVème siècle, représentant Adam et Eve dans le jardin d'Eden. Comme dans la toile du peintre de la renaissance allemande, le générique nous montre, Eve, une pomme à la main, proposant le fruit interdit à Adam hésitant. Dans la version biblique, c'est Adam qui mord dans le fruit détendu, symbole du pêché. Mais le générique nous montre une toute autre version, puisque c'est Eve qui croque dans la pomme alors qu'Adam se fait écraser par un fruit géant. La femme est donc la tentatrice et l'homme la victime de son pêché. Et comme, les images suivantes vont nous le montrer, l'homme va lui faire payer cette humiliation ! 

La suite du générique nous plonge dans l'univers de l'antiquité égyptienne. Nefertari, reine et épouse du pharaon Ramsès II, est ici représentée entourée d'une multitude d'enfants tellement envahissants qu'ils finissent par la faire tomber. Dans la réalité, Nefertari donna naissance à dix enfants pour son pharaon de mari, ce qui nous renvoie à la situation de Lynette, submergée parl'éducation de ses quatre bambins. La vengence des hommes à commencé !

L'image ci-dessus est un clin d'oeil à l'un des plus grand maîtres de la peinture flamande : Jan Van Eyck et son tableau "Les Epoux Arnolfini"(1429). Le sujet de cette toile est le mariage d'un riche marchand italien avec une jeune femme issue d'un rang inférieur. La femme a l'air soumise et dévouée, prête à se plier au moindre souhait de son époux. A l'arrière-plan, on remarque qu'un petit balai est accroché au montant du meuble. Notre femme est donc promise à une désespérante vie de ménagère ! Un détail repris dans le générique puisque la femme s'en sert pour nettoyer la peau de banane que jette négligemment son mari. Deuxième arme de vengeance : les corvées ménagères !
Le montage suivant nous renvoie à "American Gothic"(1930) célèbre tableau du peintre américain Grant Wood. Hommage aux fermiers protestant du Middle West américain, cette toile nous présente un couple relativement peu accueillant.
L'homme tient dans sa main une fourche, qui fait office de barrage. Toute intrusion extérieure est interdite ! Mais ce barrage peut tout aussi bien être dressé entre sa femme et d'éventuels séducteurs, preuve que celle-ci reste toujours enfermée dans une attitude de soumission. Mais dans le générique de la série, c'est le mari qui est séduit par une pin-up peinte par Gil Elvgren. Sa femme, plus âgée et évidemment bien moins attirante, se fait alors mettre dans une boîte de sardines...

... Boîte qui se retrouve dans les bras très chargés d'une autre ménagère.
Celle-ci sort tout droit d'une affiche propagande datant de la seconde guerre mondiale et signée par Dick Williams. Cette publicité était censée incitée les jeunes femmes à rationner leur aliments pour éviter tout problème de pénurie alors que la guerre faisait rage. "Je suis fière de combattre la famine" affirme la jeune femme ! Mais dans le générique, la femme qui croule sous le poids de ses provisions les laisse finalement tomber. Une boîte de Campbell's Tomato Soup, peinte par Andy Warhol, atterrit alors dans une nouvelle illustration...
Nous sommes alors dans une image typiquement pop-art, mouvement artistique des années 60 qui utilise notamment comme source d'inspiration la société de consommation et les bandes dessinées. Les moeurs ne sont désormais plus les mêmes, et dans cette combinaison de deux oeuvres de l'artiste Robert Dale, la femme est maintenant à bout. Après avoir vécu des siècles d'humiliation, après avoir vécu passivement sous le joug masculin, la voilà qui se révolte. Elle craque, tout comme nos héroïnes dans la série !


Le générique s'achève comme il a commencé : nos femmes au foyer désespérées se retrouvent dans le jardin d'Eden, le fruit de la tentation à la main. Cependant, on note qu'elles ne mordent pas dedans ! Jusqu'à quand pourront-elles tenir ?


Source : Hors Série n°1 Juillet-Aout 2006 Serie MAG



 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de saintjoarts.over-blog.com
  • Le blog de saintjoarts.over-blog.com
  • : Pour les élèves d'arts plastiques au collège,les enseignants et amateurs d'art.
  • Contact

Rechercher