Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 17:49
Le Graffiti est l'une des formes d'art les plus controversée car il dégrade la propriété publique. Mais que faire si les graffiteurs nettoient les murs, et gravent leurs esquisses dans la crasse de ceux-ci?
 
reverse-graffiti-project
Reverse graffiti de Moose.
 
Difficile d’imaginer de l’art urbain plus écologique.  Aux États-Unis l’inventeur du concept Paul Curtis appelé Moose travaille à l’aide de pochoirs et de jets d’eau, et en Afrique la bande de l’étudiant Martin Pace se contente de racloirs ou de brosses métalliques lorsqu’il réalise son premier projet : un mur sale d’autoroute. Alexandre Orion au Brésil travaille avec un chiffon.
Pace a fini par former un gang de tagueurs inverses avec ses amis Stathi Kongianos, JP Jordaan et Nick Ferreira appelés néerlandais d'encre. Les œuvres célèbres de la bande comprennent une allée d’arbres sur un mur Durban du Nord ainsi qu'un banc de sardines réalisé au pochoir et brosses métalliques "Sardine Run" sur un pont de la ville.

 

reverse-graffiti-sur-voiture

Reverse graffiti sur un parre brise de voiture

Pour les autorités, le seul moyen de lutter contre cette nouvelle forme d’expression est de maintenir leur ville propre. Difficile de s’en prendre aux tagueurs eux-mêmes, vu qu’aucune loi ne punit le nettoyage de lieux publics… Un art écologique et contestataire.
Voici deux vidéos du travail de Moose (Paul Curtis) et d'alexandre Orion    

 


Alexandre Orion, artiste Brésilien taggue les murs avec un chiffon blanc, le geste et sa symbolique ont bien changé. (Vidéo : humantarget)        
Sylvia Ladic 2011 pour : http://saintjoarts.over-blog.com
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
Published by madame plastique - dans Histoire de l'art

Présentation

  • : Le blog de saintjoarts.over-blog.com
  • : Pour les élèves d'arts plastiques au collège,les enseignants et amateurs d'art.
  • Contact

Rechercher