Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:48

 

Titre de l’œuvre : Persépolis 
Nature/genre de L’œuvre : Bande-dessinée
Artiste : Marjane Satrapi (1968-  )
Date de création : 2000      

 

persepolis-planche 

  
Catégorie (domaine/thématique) : 

Arts du visuel 

• Arts, créations, cultures
• Arts, Etats et pouvoir
• Arts, techniques, expressions
 
Repérage chronologique :
Quelques dates sur l’histoire des droits de la femme :
- 1924 : les programmes scolaires deviennent identiques filles/ garçons
- 1944 : les femmes sont éligibles et électrices
- 1965 : les femmes peuvent avoir un compte bancaire à leur nom et exercer un métier sans l’accord de leur mari
- 1967 : droit à la contraception
- 1975 : Loi Veil sur la contraception, tous les établissements publics doivent être mixtes
- 1980 : loi sur le viol
Quelques dates sur l’histoire d’Iran :
- 1953 : coup d’état du Shah, il prend le pouvoir
- 1979 : prise de pouvoir par l’Ayatollah Khomeiny
- 1980 : l’Irak de Saddam Hussein envahit l’Iran
- 1989 : mort de Khomeiny, fin de la guerre
- 2005 : élection comme président de Mahmoud Ahmadinejad, maire ultra-conservateur de Téhéran


Vie de l’artiste : Moments importants de sa vie…
Marjane a dix ans lorsque la révolution éclate, elle habite Téhéran avec ses parents. Elle voit la chute du Shah et l’arrivée au pouvoir des islamistes. A quatorze ans, ses parents l’envoient, pour la protéger au lycée français de Vienne. Elle retourne en Iran finir ses études supérieures puis part s’installer à Strasbourg puis à Paris où elle vit encore. Elle a adapté Persépolis au cinéma en 2007 et Poulet aux prunes en 2011.


Contexte historique de création : cadre géographique ? Evènements marquants ? Eléments d’inspiration.
Elle dessine en France de nos jours, mais son travail s’inspire de son passé en Iran et tourne souvent autour des figures féminines qui l’ont aidées à se construire (mère et grand-mère). Marjane Satrapi avoue aussi avoir pour source d’inspiration Art Spiegelman auteur de Maus (voir: Fiche d'identité de "Maus" de Art Spiegelman


Style, mouvement ou courant : Aucun en particulier


Description de l’œuvre 

Le dessin est noir et blanc, il est épuré et laisse la place à un texte fourni (paroles et commentaires de la narratrice). La langue est riche et mélange les tons et les registres : ceci est le signe de la richesse de l’éducation donnée à la fillette.

 

persepolis-1 [320x200] 

 

Vignette 16 (illustration ci-dessus ou sur planche principale) : Le père, la mère et Marjane sont représentés dans cette vignette, ils sont dessinés en plan rapproché. Le fond est blanc, uni : même s’il s’agit d’un désaccord entre les femmes et l’homme, il ne s’agit pas d’une dispute ici. On remarque qu’il y a une circularité dans les regards : Marjane regarde sa mère, elle attend d’elle qu’elle persuade le père, la mère regarde son mari, elle cherche le contact visuel pour lui prouver sa force, le regard du père descend sur sa fille, car ce sont ses peurs qui le font hésiter, pas ses convictions politiques. Ce cercle du regard illustre le lien fort qu’il existe dans cette famille. Le plan rapproché crée l’impression de l’intimité dans laquelle est invité le lecteur.

 

persepolis-vignette2

 

Vignette 17 (illustration ci-dessus) : C’est un gros plan sur la mère : elle est parfaitement au milieu de la vignette, son visage est partagé en deux, une partie blanche et l’autre noire, son poing est levé. Elle parle de sa fille, mais cette dernière semble être un prétexte. Elle n’a que dix ans et pourtant sa mère dit « en tant que femme ». Elle semble transcendée par son engagement. D’ailleurs cette vignette pourrait être considérée comme un portrait. La mère est vue de face, elle regarde le lecteur droit dans les yeux, c’est sûrement à lui qu’elle s’adresse. On remarque d’ailleurs que la cartouche n’est plus en haut mais en bas de la vignette, comme une légende de carte ou un titre de tableau ; « ma mère avait changé », dans cette vignette la mère n’est plus seulement la protection, la nourricière mais celle qui instruit à l’engagement politique, qui s’érige en figure de la lutte des femmes. Ce combat est souligné par les deux parties du visage de la mère, une face à la vue de tous, une face cachée celle du côté du poing qui lui est déjà dans la lumière.

 

persepolis-3

 

Vignette 18 (illustration ci-dessus) : L’image est ici saturée. La fillette est un point blanc parmi les ombres noires des femmes. Elle sourit alors que tous les visages autour d’elle sont mécontents (sourcils froncés, bouches béantes qui crient). Marjane représente une certaine innocence. Elle est heureuse d’être à la manifestation, d’aider (distribution de tracts) mais ne comprend peut-être pas encore ce qui est en jeu alors même qu’elle est entourée des cris des femmes qui viennent de toutes parts (forme de la bulle, comme une explosion, majuscules et point d’exclamation).

 

persepolis-4

 

Vignette 19 (illustration ci-dessus) : La vignette est rectangulaire, cette forme permet de représenter la vague des assaillants, une vague noire (habits, barbes) qui s’abat sur les manifestants. Cette masse est bien sûr violente, elle est tâchée du blanc des battes de base-ball, et de celui des profils pointus des intégristes. Le mouvement se dirige vers la partie droite de l’image, vers le blanc, la lumière, le salut. Le slogan « Le fichu ou la raclée » plane en haut et au centre de l’image. On remarque que par rapport à celui des femmes dans la vignette précédente,  il semble plus puissant et surtout on arrive mieux à déterminer d’où il provient (flèches plus importantes dirigées vers les hommes), comme pour montrer la supériorité de l’organisation des intégristes. Enfin on peut voir cette masse comme un rouleau compresseur qui écrase la révolte et uniformise tout sur son passage.


 
Portée ou influence de l’œuvre
En quoi l’œuvre a-t-elle marqué son temps ? Peut-on la rapprocher d’autres œuvres ?
L’adaptation cinématographique de Persépolis a reçu le prix du jury de Cannes en 2007 et l’année suivante les Césars du meilleur film et de la meilleure adaptation. Il est encore un peu tôt pour connaître l’influence de l’œuvre mais une adaptation du Chat du Rabbin de Joan Sfar devrait sortir avant la fin de l’année.


Regard sur l’œuvre
Exprimer son ressenti…
Le ressenti est personnel, les élèves peuvent librement s’exprimer dans cette partie, mais doivent toujours justifier leur propos.


Katia Rigo - Professeur de français - http://saintjoarts.over-blog.com 

Retrouvez d'autres analyses d'oeuvres sur le nouveau site : http://e-cours-arts-plastiques.com/category/histoire-des-arts/analyse-d-oeuvres/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by madame plastique - dans Analyse d'oeuvres

Présentation

  • : Le blog de saintjoarts.over-blog.com
  • Le blog de saintjoarts.over-blog.com
  • : Pour les élèves d'arts plastiques au collège,les enseignants et amateurs d'art.
  • Contact

Rechercher